Le magazine professionnel de l’accessoire de mode

Bijoux, Maroquinerie

Maroquinerie Fossil

Arrêt de la distribution en multimarques

La marque américaine, qui déclarait vouloir associer étroitement montres et maroquinerie, change de politique.

Notre dernier numéro, qui consacrait plusieurs pages à la stratégie transversale de développement de la marque Fossil, venait à peine d’être diffusé sur les salons professionnels (du 8 au 11 septembre 2017) que la rédaction recevait de nombreux appels téléphoniques de la part de ses fidèles lecteurs détaillants. Motif : nous informer de la nécessaire mise à jour de notre article. « Alors que nous venions commander la collection printemps été 2018 en showroom, nous avons appris que Fossil stoppait la commercialisation de ses sacs auprès de ses revendeurs, témoigne un maroquinier interloqué. La décision émanerait du siège social, aux Etats-Unis. Chez Fossil France, nos interlocuteurs semblaient fort surpris par cette annonce aussi radicale qu’inattendue. »

Contacté par nos soins, le service de communication de Fossil France confirme officiellement : « La marque a décidé de stopper la distribution [de la maroquinerie Fossil] auprès de ses revendeurs partenaires partout en Europe. Nous conservons la distribution de l’ensemble de notre gamme de produits dans notre réseau de distribution propre (boutiques, concessions et www.fossil.fr)… Nous voulons continuer de proposer une expérience de marque holistique, c’est ce que nos clients attendent de nous partout dans le monde ». Par « holistique », nous comprenons que Fossil a désormais la volonté de proposer un environnement global dédié à sa marque, sans intermédiaire.

La dernière collection livrée aux détaillants, mais aussi aux Galeries Lafayette et au BHV, sera donc datée Printemps été 2018, pour ceux qui acceptent ces conditions. Certains ont purement et simplement annulé leurs achats. Il faut dire que, depuis 7 ans, les équipes de vente et les commerçants s’employaient à faire connaître et aimer cette griffe, qui surfe sur une esthétique vintage au design classique.

Pour l’heure, nous ignorons bien sûr les conséquences engendrées par cette stratégie, qui exclut brusquement ses revendeurs et fragilise leur équilibre commercial. Surtout si, par malheur, elle devenait pratique courante… l’expérience de vente Lancel n’étant pas encore effacée des mémoires !

Par Lydia Christidis et Florence Julienne 

Voir notre article sur Fossil paru fin août en cliquant ici.