Le magazine professionnel de l’accessoire de mode

Accessoires textiles, Bijoux, Maroquinerie

Ouverture dominicale

Quel bilan pour le commerce indépendant ?

Dans sa publication d’avril 2018, la CCI Paris Ile-de-France dresse un constat attendu et optimiste sur les résultats de la loi dite « Loi Macron ».

Attendu parce que l’on s’y attendait : les réserves correspondent à celles exprimées par les détaillants, en amont du vote de la loi permettant l’assouplissement du travail du dimanche. Optimiste parce qu’il souligne les signes positifs liés à ce dispositif. Décryptage.

L’ouverture du dimanche est un confort d’achat pour le consommateur mais un report de chiffre d’affaires pour le commerce indépendant. La fréquentation a augmenté, « jusqu’à 20 % » dit la publication du CCI Paris Ile-de-France, mais le chiffre d’affaires n’augmente pas de façon exponentielle.

L’ouverture dominicale permet une consommation différente : le shopping devient un but de promenade qui attire du monde. Les clients viennent le dimanche pour consommer. Elle a permis d’animer des zones autrefois désertées, de développer des quartiers, un concept à la mode, dans les grandes villes et les centres-villes, une préoccupation politique dont se charge l’action Cœur de Ville.

Remplacer le jour de compensation des salariés complique l’organisation interne, toutefois ce sont souvent les gérants qui travaillent le dimanche. Cette nouvelle disposition permet d’avoir du temps libre pour préparer les commandes, mettre en place les vitrines ou étiqueter les marchandises réceptionnées…

Les commerçants se disent prêts à innover pour séduire la clientèle du dimanche. Extraits : « nous pensons organiser des ateliers pour nous adapter à une clientèle, dite de passage, qui est en mode plus décontractée, et lui proposer des activités pour qu’elle reste dans le magasin… Nous réfléchissons à organiser des ateliers au 1er étage. Cela se fait de plus en plus ». Incroyable ! Nous avons hâte de rencontrer les acteurs de ce nouveau model business…

Enfin, et cela illustre la prudence (excessive ?) qui anime la profession, quand nous l’interviewons sur le terrain : le petit commerce ne souhaite pas que l’ouverture dominicale soit un argument pour augmenter les loyers en cas de renouvèlement de bail. Le raisonnement, en l’occurrence, pourrait être de dire : avec l’ouverture du dimanche, le quartier sera plus passant et vous allez faire plus de chiffre d’affaires. Entrainant, par là même, une hausse du coût du loyer : « 4 jours ouvrables par mois en plus. 4 jours multipliés par 12, c’est beaucoup ! ».