Le magazine professionnel de l’accessoire de mode

Actualités Salons, Breaking news Avril 2016, Maroquinerie

Première Vision
Leather Eté 2017

Les chemins de traverses du cuir

La fantaisie gagne les peaux imprimées, les toiles et les synthétiques personnalisés.

Dans leur déambulation parmi les collections des tanneurs et des fabricants de matières souples, les visiteurs de PV Leather ne sont pas passés à côté des pointes de fantaisie parfois très exubérantes exposées comme en contrepoint aux peaux sages, et délicatement sublimées de l’été 2017.

Du côté des décors, les motifs floraux s’imposent. « Cette tendance est très forte, confirme Claude Vuillermet, directrice de la mode de PV Leather. On le vérifie déjà dans beaucoup d’articles finis, sur des grandes pochettes en traitement all over. Les traitements rétro, les façons camouflage en particulier se détachent. » Restent que les déclinaisons proposées par les fabricants sont nombreuses : style papier peint chez Be Antiba ; versions imprimées et lamées chez Conceria Vignola ; variantes graphiques et décors de petites feuilles chez le spécialiste du décor végétal sur cuir Kyoto Leather positionné sur la production à la demande ; traitement all over chez Agartioglu. Dans le même sens, chez Ge Fin, Paolo Bagnoli, Product manager, souligne l’engouement pour les impressions florales, mais aussi sur les aspects denim naturel. Chez le négociant Maison Fichet, les décors imprimés rivalisent avec l’intérêt persistant pour les tannages naturels et les coloris terre. Cette tendance séduit sans surprise les spécialistes de l’impression numérique qui, à l’instar de Château, en propose des déclinaisons avec effets trompe l’œil, reliefs par multicouches sur matières stretch et notamment sur de l’agneau plongé.

Des synthétiques sans complexe
Sur ce versant égayé de la saison, les PVC gagnent du terrain. Selon Claude Vuillermet, le bond qualitatif de ces matières n’est pas pour rien dans le succès qu’elles rencontrent depuis un an. « Les fabricants spécialisés sont parvenus à des résultats surprenants. Ces produits se prêtent de surcroît à l’impression numérique, aux ennoblissements par inclusion et gagnent beaucoup en souplesse. » Parmi les offres les plus abouties, celles de Schmid introduisent de la souplesse et des jeux de relief. Et surtout, elles s’insèrent dans une collection où les floraisons, les réinterprétations des motifs textiles traditionnels, les effets peints main trouvent dans le PVC une luminosité et un accent moderne assumé. Chez Limonta, Célestino Panzeri, directeur artistique /export manager, inscrit le succès de ces matières dans celui plus général des alternatives qualitatives aux cuirs. « En maroquinerie, la demande de toiles est soutenue. Les clients préfèrent peut-être un beau tissu à un cuir imparfait ? » Sur son stand, ajoute-t-il, « les commandes ont porté sur les références pour sacs à dos homme et femme en polyamide, et sur son service de décors personnalisés ». Sa gamme Limpid très colorée était plus directement adressée à une clientèle jeune.

Tressages et raffias en renfort
Enfin, la fantaisie est recherchée jusque dans les ambiances naturelles pourtant assagies des nubucks, des velours et des matières inspirées des tressages végétaux et ethniques et autres raffias, bien mis en évidence sur la galerie de tendance du salon. Jacques Cohen Solal, président de Pro’Peaux confirme lui aussi « l’intérêt des visiteurs pour les impressions métallisées, l’animalier et les tressages ». Les collections d’Isisi et de Schmid l’illustrent avec une abondance de strass et de lamés. Les tressages et les velours laminés et métallisés d’Almatea by Ingropelli vont dans le même sens.    Sid-Ali Chikh