Le magazine professionnel de l’accessoire de mode

Actualités Salons, Bijoux

VicenzaOro
Janvier 2018

Bienvenue dans le temple du bijou précieux

Quelle physionomie, quelle offre et que pensent les exposants de ce salon  ? Visite express.

Pour tous ceux qui s’aventurent dans l’univers du bijou précieux, le rendez-vous professionnel européen incontournable, c’est lui ! Dès les salons parisiens de janvier terminés, l’équipe de C+ accessoires s’est envolée de l’autre côté des Alpes, à la découverte de « The Jewellery Boutique Show » plus connu sous le nom de VicenzaOro.

Si vous pensez naïvement lier l’utile à l’agréable, en prévoyant de voguer sous le Pont des Soupirs à la sortie du salon… sachez que Vicenza, bien qu’en Vénétie, n’est pas Venezia et que 75 km les séparent ! Alors laissez momentanément les gondoles à Venise et plongez dans les faubourgs de cette ville italienne, réputée pour son marché de l’or et son Museo del Gioiello, qui rassemble, aujourd’hui encore, nombre d’acteurs de la bijouterie et de l’orfèvrerie.

Ici, dorénavant deux fois par an, en janvier et en septembre, se tient le salon VicenzaOro, qui regroupe fabricants, marques et créateurs, fournisseurs en tout genre, italiens et internationaux. Six jours de manifestation et neuf halls leur sont consacrés.

Outre un choix pléthorique — 1 500 marques  —, l’organisateur, Italian Exhibition Group, propose quotidiennement aux professionnels un programme chargé : des conférences sur des thématiques d’actualités économique, technologique, écologique… ; des « digital talks », rendez-vous de 30 minutes avec des experts ; « Trendvision Jewellery + Forecasting », focus sur les profils des consommateurs pour 2018-2019…

Mais comment aborder ces 25 000 m2 d’exposition ? Il vous faut déjà surpasser le désarroi qui vous submerge dès l’arrivée, devant le plan du salon — dessinant sept espaces imbriqués les uns dans les autres et parfois sur plusieurs niveaux — et comprendre que cet agencement est basé sur les besoins des visiteurs : la nature de leurs recherches et le positionnement de celles-ci.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu simplifié de l’édition de janvier, qui s’est tenue du 19 au 24 janvier 2018.

Icon

Les halls 5, 6 et 7 rassemblent les marques emblématiques du secteur de l’or et de la joaillerie, qui s’adressent aux boutiques, malls (centres commerciaux) et grands magasins des grandes villes à travers le monde.

Hall 5
Les organisateurs ont opéré une sélection de « marques différenciantes ». Ainsi se côtoient Isabelle Langlois et Luce, dont style et positionnement sont très distincts ou encore Marcel Robbez Masson et Fancs V, Tessitore1888

Hall 6
A (re) découvrir dans cet espace, des marques haut de gamme : De Simone, Nikos Koulis, Adolfo Courrier, Mariani

Hall 7
Dans cet univers très luxueux, sont réunies les signatures joaillières de renommée internationale : Pasquale Bruni, Roberto Coin, Utopia,Yoko London

En son sein, un village, dénommé The Design Room, est dédié à « l’expérimentation en bijouterie contemporaine ». Il compte une douzaine de créateurs présentant des pièces innovantes et souvent uniques : Akillis, Noor Fares, Magerit, Federica Rettore

Création

Les halls 2, 3 et 4 réunissent les principaux acteurs liés aux secteurs de l’industrie traditionnelle de l’or. Leurs offres couvrent tous les besoins des bijouteries traditionnelles, des grossistes et des private labels.

Hall 2
Articles semi-finis, montures, fermoirs ainsi qu’un peu d’argenterie… une proposition souvent venue de Turquie.

Hall 2.2 et 2.3
Vous trouverez ici de nombreux fournisseurs pour équiper les boutiques : merchandising (meubles, vitrines, bustes…), packaging (marmottes, boîtes, pochons, étiquettes…), éclairage etc. : Noble Gift Packaging, Omeroglu Decoration, Dentro Le Mura

Hall 3
Très grand choix de perles, gemmes, pierres fines, diamants naturels et synthétiques : New York Collection, Petramundi, Firenze Shankara, Shanghai Gems, Prestorise Intertrade, Dblux

Hall 3.1
Des pavillons thaïlandais et hongkongais se partagent ce niveau.

Hall 4
Plus de 250 fabricants de bijoux précieux génériques exposent dans cet espace : Alessi Domenico, Scanavin, Family Gold, Etoile Gioielli

Look

Ces exposants, principalement rassemblés dans le hall 1, répondent à la demande des points de vente (bijouteries traditionnelles, malls, grands magasins et concept stores), qui associent volontiers mode et accessoires.

Hall 1
Il regroupe les marques, dont le positionnement est le plus familier à C+ accessoires puisqu’il est rattaché à l’univers de la mode et à des prix accessibles : Alisia, Brosway, Alcozer, Pesavento, Giovanni Raspini, Rebecca, Bronzallure, Thomas Sabo
L’offre est constituée essentiellement de bijoux à base d’argent 925 dont les prix moyens, pour la plupart, s’étendent de 30 et 150 € prix publics. La montre y est quasiment absente.

Dans ce hall, le village The Glamroom accueille une vingtaine de créateurs « tendance et glamour », qui occupent des stands d’environ 6 m2. Parmi eux : Spadarella, Otto Jewels, Ziio, Yvone Christa NY

Que pensent les exposants du hall 1 ?

« Beaucoup de boutiques indépendantes multimarques, notamment italiennes mais aussi européennes, fréquentent cette manifestation. Le marché anglais semble être très dynamique actuellement ; ce qui n’est pas le cas de l’Italie comme nous rentrons dans une année d’élections. »
Simone Baglioni, area manager chez Nomation Italy, marque exposante depuis 20 ans.

« C’est la première fois que nous présentons Alexiane for Desideria à VicenzaOro. Nous y avons rencontré des acheteurs venus du Sud de la France, d’Autriche et d’Italie. »
Alexiane Rival Casagrande, cofondatrice (The Glamroom).

« Notre société napolitaine familiale existe depuis 1904 et nous avons participé à la première session du salon en 1948. Nous comptons 2 000 points de vente dans le monde et VicenzaOro, surtout en janvier, nous permet de nouer de nouveaux contacts à l’export. Cette fois, nous avons séduit l’Amérique du Sud, le Japon, l’Ukraine, l’Allemagne… »
Marcello Pane, administrateur de la marque éponyme.

« Le style de nos bijoux est très français, du coup nous attirons moins les Italiens. Sur les six jours d’exposition, nous avons bien travaillé le dimanche et le lundi, notamment sur les zones Europe de l’Est, Israël et Espagne. »
François Baylet, responsable de Bijoux CN, exposant depuis 12 ans.

« C’est incontestablement un salon international. S’y rendent les acheteurs de toute l’Europe, le Japon, le Moyen Orient… mais pas beaucoup d’Américains. »
Filippo Mercaldo, directeur commercial Italie du groupe Renaissance, venu présenter Les Georgettes pour la deuxième année consécutive.

« Bien qu’ayant fait de nouveaux contacts, notamment sur l’Amérique du Sud, j’ai mieux travaillé sur la session de septembre. En effet, à cette période, les Italiens viennent plus nombreux et achètent pour les fêtes de fin d’année. »
Giacomo Burroni, créateur de la marque éponyme (The Glamroom).

Reportage réalisé par Lydia Christidis