Le magazine professionnel de l’accessoire de mode

Bijoux, Breaking news Avril 2016

Bijoux et montres

Les ventes 2015 en hausse

Le Comité Francéclat se réjouit d’un marché qui reprend des couleurs, chiffres à l’appui.

Avec un chiffre d’affaires de 5,7 milliards d’euros TTC en 2015, nos experts (Comité Francéclat, Société 5 et GfK) notent une augmentation des ventes dans les secteurs bijouterie-joaillerie-horlogerie de 3 % en valeur par rapport à l’année 2014, en raison principalement de la hausse des prix moyens (+ 6 % pour la montre ou + 1 % pour l’argent).
Cette dynamique est portée principalement par l’horlogerie, avec une augmentation en valeur de + 7 % — justifiée par les importants investissements en marketing et communication de ce segment — suivie des bijoux en argent + 5 %.

Horlogerie
Le marché des montres atteint 1,88 milliards d’euros en France. C’est le rayon le plus dynamique avec un prix moyen situé entre 117 et 141 €, la montre connectée représentant 1 % des ventes.
Les deux segments, qui n’ont pas connu de baisse ces 5 dernières années, sont la haute horlogerie, avec son offre à plus de 5 000 €, et les produits entre 100 et 300 €.
Le segment des montres à moins de 100 €, distribuées en grande distribution ou en cadeaux promotionnels, est en recul constant.

Bijouterie
Les bijoux précieux constituent toujours plus de la moitié du marché en valeur (51,6 %).
La prédominance des bagues, représentant 45,7 % des ventes en valeur de bijoux en or, s’est accrue (+ 1 %) avec près de 2 millions de pièces vendues, devant les colliers (20,2 % du marché), les boucles d’oreilles (15,3 %), les bracelets (11,7 %) et les pendentifs (6,5 %).

Argent
On constate pour ce secteur trois tendances porteuses :

  • La poussée des marques
  • Les bijoux empierrés (+ 10 % pour l’argent)
  • Le développement des charms, beads et pendentifs (+ 27 %)

Le prix moyen pour l’argent est de 39 €.
A noter qu’au 1er trimestre 2015 versus 2014, le secteur HBJO a enregistré + 50 % sur ses ventes de produits en argent.

Or
Le segment or est stable avec un prix moyen (439 € pour l’or 750°/oo ; 107 € pour le 375°/oo et 44 € pour le plaqué or) qui continue de grimper tout comme celui des pierres fines et des perles de culture.
Les ventes en or 750°/oo se sont stabilisées tandis que celles du 375°/oo sont en léger recul (- 5 %). On ne constate pas de report du 375°/oo sur le 750°/oo.

Bijoux Fantaisie
Sur le marché des bijoux, ses ventes représentent 50,7 % en volume et 15,4 % en valeur.

Circuits de distribution
Les grands gagnantes 2015 sont les boutiques de bijouterie fantaisie avec une hausse de 7 % de leur CA et la vente à distance (qui détient 6,9 % du marché en valeur pour les montres et 5,4 % pour les bijoux précieux), notamment sur la fin de l’année où les événements ont favorisé sa prise de parts de marché.
Il est à remarquer que les bijouteries en centre-ville (y compris les grands magasins, + 2 %), tout comme les points de vente situés en centres commerciaux (+ 3 %), tirent leur épingle du jeu. Seules les grandes surfaces perdent du terrain (- 8 %).

Le marché français de l’horlogerie-bijouterie s’élevant à 5,7 milliards d’euros se décompose comme suit :

Bijoux or  : 2,1 milliards d’euros (- 1 % versus 2014) dont 41,7 % bijoux tout diamant.
Les bijoux en or tout titre représentent 37 % des ventes en valeur.

Bijoux Argent et plaqué en or  : 0,9 milliards d’euros, dont argent 0,8 % (+ 5 %), dont 60 % de bijoux en argent empierrés.
Les bijoux argent et plaqué or représentent 14,6 % des ventes en valeur.

Bijoux fantaisie  : 0,5 milliards d’euros (évolution stable) représentant 9,3 % des ventes en valeur.

Total bijouterie : 3,5 milliards d’euros

Horlogerie : 1,9milliards d’euros (+ 7 %) dont + 17 % pour les montres de 100 à 299 €.
Les montres représentent 33,1 % des ventes en valeur.

Autres : 0,3

Le Comité Francéclat confirme les deux grandes tendances opérant sur le marché des montres et des bijoux précieux : la concentration des acteurs d’une part et l’éclatement de la consommation de l’autre.

Pour en savoir plus sur la production, le commerce extérieur et les ventes en France en 2015