Le magazine professionnel de l’accessoire de mode

Bijoux

Billie Sacré-Cœur

Racaille de luxe

Entre munitions, douilles et gourmettes dorées, la marque inscrit son esthétique en plein dans la mouvance « Gangsta rap ».

Jugez du peu : tatouages sur les mains et les bras des mannequins, que la créatrice, Antonia a choisi pour présenter ses modèles ; Choix du rappeur Ty Dolla $ign pour représenter la marque dans les médias (notamment sur sa page Facebook) ; pendentifs qui sont en fait des balles de Winchester, plaquées or 24K ou argent, et cristal de roche monté sur une douille ; bagues gourmettes… L’arsenal des signes extérieurs de « violence urbaine », véhiculés par le Gangsta rap (courant musical venu de Los Angeles dans lequel les rappeurs racontent leur vie avec, pour thèmes récurrents, le goût pour l’argent, les filles sexy au look de prostituées, la drogue ou la haine de la police…) est ici brandi. Notez que les balles ont été « tirées, réogivées puis percées et ne sont donc plus considérées comme munitions d’armes de poings ». Mais derrière cette image « borderline », la créatrice file droit. Elle a fait ses classes à l’Ecole Boulle, pour y étudier la bijouterie et s’entoure d’artisans de la joaillerie française pour composer des bijoux en laiton montés de chaînes vintage et de pierres semi-précieuses, sélectionnées pour « leurs vertus thérapeutiques ». En 2014, elle a même élargi son champ d’action avec une marque éponyme, « Antonia », où chaque pièce est produite à la commande et peut être réalisée en or jaune, rose, blanc (14 ou 18K), en argent ou simplement dorée à l’or pur. En outre sa commerciale a travaillé pour Alexander Wang, Ami (Alexandre Mattiussi), Etude… « Elle contacte les acheteurs en direct parce qu’elle les connaît bien ». De fait, Billie Sacré-Cœur est déjà vendue à Paris, Nice, Berlin et en négociation pour Dubaï, avec un prix de vente aux alentours de 150 €. Billie Sacré-Cœur, une marque 100 % ca$h.