Le magazine professionnel de l’accessoire de mode

Agenda Salons Internationaux, Breaking news Oct 2015

Tendence

Reportage

Du 29 août au 1er septembre 2015, C+ accessoires s’est rendu sur le salon allemand Tendence et a repéré, pour vous, des marques qui sont encore inédites sur le marché français.

Tendence, qui couvre les secteurs de la décoration d’intérieur, les articles cadeaux, les bijoux et les accessoires de mode, a regroupé plus de 1 100 exposants, originaires de 48 pays, venus présenter leurs nouvelles collections. A chacun sa saison : Noël 2015, automne-hiver 15/16 et printemps-été 2016. 29 000 visiteurs, dont 20 % d’étrangers (Suisse, Autriche, France et Italie pour ne citer que les 4 premières nations), ont parcouru les halls 8, 9 et 11, soit 95 000 m2 de surface brute.

En termes d’offre, vous ne pourrez rentrer bredouilles ! La diversité des lignes égale la variété des produits exposés. On y trouve aussi bien du linge de maison, des meubles, des tableaux, des bougies que des sacs, bijoux, écharpes, chapeaux ou fournitures pour la bijouterie. On y croise des créateurs (espaces Modern Crafts, Personnel Accessories, Design Flandres ou Carat), des agents distributeurs (Dazzl Design, Frank van Leeuwen…) aux côtés d’immenses stands remplis de bacs pour du cash and carry (Biba, Lizas & Qudo, Sweet deluxe…).

Vous avez déjà rencontré certains d’entre eux, car ils exposent à Paris sur 1re Classe ou Bijorhca (Volker Lang, Coaban, Sence Copenhagen, Deja vu, Hutltquist, Krikor, Taratata, Diva, Exoal, Ozoo, Petra Meira, Sacoo Amsterdam…). Mais sinon, pour la plupart, nous ne les connaissons pas ou peu, car ils ne sont pas distribués dans l’Hexagone.

Parmi eux, quelques marques ont arrêté nos pas…

Scs finesse

Stefan Seibeker connaît bien Tendence, puisque sa société Scs finesse y expose depuis 20 ans. Elle détient 3 marques : pour les chaussures, Linea Scarpa et Siebi’s (cible jeune) ; Linea Sogno, dédiée à la maroquinerie. Ses sacs sont vendus, prix public, 49 € en toile, 79 € en cuir et 109 € en fourrure synthétique. Il n’impose aucun minimum de commande. En première session, il participe à Ambiente qu’il décrit comme une manifestation plus grande et plus internationale. Son équipe commerciale est constituée de 7 représentants.

 

Herold accessories

Herold accessories, basé à Hambourg, appartient à Nickel group, un industriel textile, fondé en 1925, qui s’est diversifié vers la maroquinerie en 2010 et possède les labels curuba, Guldenberg et Long Reach. La marque curuba, pour exemple, vend aux détaillants ses sacs en PVC entre 8 et 18 € ; entre 14 et 49 € pour du cuir. Les peaux proviennent d’Inde et la fabrication est chinoise.

 

NC56

La marque NC56 de la jeune société BeltArt a retenu notre attention car son style bohème-vintage, naturel et décontracté, est complètement dans l’air du temps. Sacs, étuis à iPhone 6 rechargeables à la lumière, ceintures aux prix retail moyen de 25/30 €, chapeaux, chaussettes, écharpes… forment l’offre très éclectique de NC56. Les modèles sont dessinés à Copenhague et la fabrication est Made in Europe (Bulgarie et Roumanie). L’entreprise compte 4 agents commerciaux.

 

Luca Kayz

Son stand et ses produits de maroquinerie reflètent une image de qualité haut de gamme. Et pour cause ! Luca Kayz revendique une fabrication toute germanique : l’atelier se situe à Bad Bramstedt dans le nord de l’Allemagne et tout est réalisé à la main (sacs, ceintures et boucles). Comptez 130 € prix de gros pour un sac. Ses 4 représentants parcourent l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la Belgique et les Pays-Bas.

 

Elisabeth Leenknegt

Elisabeth Leenknegt est designer en orfèvre et en verre. Elle perpétue la tradition familiale et représente la troisième génération d’artisans. Elle fabrique et conçoit des bijoux en argent ou en or, forgé à la main et en verre, soufflé à la bouche. Elle crée pour Elisa Lee et sa marque en propre Elisabeth Leenknegt. Ses prix publics sont compris entre 190 et 240 € pour une bague, 600 € pour un collier en argent ou 700 € en plaqué or.

 

Sonnenleder

L’exposant Sonnenleder est spécialisé en sacs et petite maroquinerie d’un style intemporel, made in Germany (tannage des peaux et fabrication). L’écologie et le développement durable sont les priorités et les bases de la philosophie de l’entreprise, qui existe depuis plus de 28 ans. A titre d’exemple, 30 € est le prix retail pour un étui à crayons, 25 € pour une trousse, et 160 € le sac. La marque compte 250-300 points de vente, constitués principalement de maroquiniers et de boutiques de décoration. Andreas Morgenstern, directeur commercial, souligne qu’« il expose aussi à Ambiente en première session car, comme il ne participe à aucun salon à l’étranger, il touche là l’export et rencontre, notamment, des Japonais ».

 

Ackermann

Installé à Lüneburg (Basse Saxe/Allemagne) où il possède une boutique en propre, le maroquinier Ackermann travaille de façon artisanale depuis 1982 « le classique qui dure et prend de la valeur avec l’âge ». Il utilise essentiellement le cuir de cerf qui provient des tanneries de la région de Bodensee (Lac de Constance) en Allemagne. Karl-Henning Hohmann, le responsable de l’entreprise, revendique haut et fort les qualités écologiques de ses matières et produits finis.

 

Stef Fauser Design

Stef Fauser Design a été créé en 2008 par Stefanie Fauser et Dietmar Goetz, à Berlin, en Allemagne. Le concept est de donner à un objet, déjà utilisé et apparemment inutile, un nouveau sens et donc une valeur. « Aujourd’hui, les chambres à air sont jetées au lieu d’être réparées », note Stefanie. Nous avons demandé aux magasins de vélos des environs de les récupérer. « Une proposition gagnant-gagnant puisque les boutiques n’ont pas à payer pour s’en débarrasser et nous, nous avons eu notre matière première gratuitement ». Chaque pièce est donc unique et possède sa propre histoire ; elle est même numérotée. « Les autres matériaux que nous utilisons (feutre de laine ou cuir) sont résistants et écologiques », insiste la responsable qui exporte dorénavant sa marque dans 15 pays.

 

SOI

Forte du constat que, selon une étude, les femmes passent en moyenne 76 jours de leur vie à chercher des choses dans leur sacs à main, Maike Roos vole à leur secours pour qu’elles puissent vaquer à d’autres occupations  . Elle crée SOI, il y a 5 ans, une lumière de sac à main intelligente, qui fournit de l’éclairage lorsque cela est nécessaire. Il suffit « d’approcher la main ou d’un toucher léger pour la déclencher », nous explique l’entrepreneuse. Cette torche est constituée de produits innovants, optimisant une faible consommation énergétique. Après au moins 6 000 utilisations, les deux batteries sont facilement remplaçables. Fabriquée en Allemagne, son prix est de 10,80 € ou 24,90 € prix de vente conseillé. Et rien ne vous empêche de l’utiliser en lampe de chevet, lors d’un voyage !

Maria Rzewuska

Depuis 1998 Maria Rzewuska collabore avec de nombreux stylistes qui lui permettent de présenter une offre variée. Les produits ont, par contre, tous en commun la noblesse des matières et la qualité de fabrication. Couvrant une large fourchette de prix, de 50 à 500 €, ses lignes en fibre de carbone, en argent, tricotées main (son best seller), en laiton ou maille d’acier (300 € prix retail, la manchette turquoise, en photo) parcourent les salons du monde entier : Inhorgenta (Munich), JCK (Tucson), IJT (Tokyo) et Jewellery & Gem Fair (Hong Kong) et JIS (Miami), mais malheureusement pas la France !

 

apero

Lors de sa création en 1988, apero a voulu adapter les codes du graphisme et de l’architecture à l’univers de la bijouterie. Les premières collections au design sobre, habillées de noir et de blanc, ont ensuite laissé place à la couleur au travers d’articles en aluminium. Puis Mauro Morson, le créateur, a élargi son offre en développant des gammes féminines en filigrane et puis des modèles gravés au laser d’un « Barbarella » ou d’arabesques. Il exposait sur Tendence sa nouvelle ligne toute en carbone (250 € prix de vente public). Toute sa production est Swiss made.

 

Difficile de refermer ce dossier sans évoquer encore quelques créations originales, comme les lignes Yoruba ou Precious Pops de Karin Heimberg, les bagues en cristal de Katerina Reichova, ou encore l’art de Sophia Meier pour sa marque Schmück Dich, dont les bagues associent du plastique avec de l’argent 925 et s’ornent de zircone de couleur (40 € prix retail) ou de perles d’eau (58,50 €).

 

Selon une enquête lancée à l’initiative des organisateurs du salon Messe Frankfurt, auprès de 970 personnes en Allemagne, le marché intérieur de bijoux, montres et accessoires passera de 9,6 milliards d’euros en 2014 à 10,7 soit une augmentation d’environ 11,4 % ; les ventes en ligne de ces mêmes produits passeront de 16,4 à 21,7 % laissant près de 78 % du marché aux boutiques physiques.

Des chiffres rassurant pour les détaillants qui devront maintenir leur niveau de compétence et de connaissance… notamment en fréquentant assidument les salons professionnels et… en lisant C+ accessoires pour continuer à se tenir informés de l’actualité de leur secteur d’activité.

– Dossier réalisé par Lydia Christidis –